mercredi 30 septembre 2015

Surprises à Castelnau-de-Levis

Compte rendu des découvertes à Castelnau-de-Lévis lors des Journées européennes du Patrimoine des 19 et 20 septembre 2015


Secteur : Cordais

Commune: Castelnau-de-Lévis

Site: la basse-cour du château

Météo: idéale





Affluence record le dimanche pour monter en haut de la tour.

Outre un temps d'échange, les "JEP" sont propices aux rencontres avec des curieux qui nous présentent leurs découvertes (1). Ce sont aussi, plus rarement, un moment privilégié - des heures durant - d'observation des bâtiments patrimoniaux. En la circonstance, le château de Castelnau-de-Lévis où le CAPA (2) constata la présence de pierres bien intrigantes. 

Autant le dire tout de suite, bien difficile d'en cerner la provenance. Il est de tradition de porter au château des pierres ouvragées des environs lors de destruction d'anciennes maisons. Nous devrions dire de "rapporter" puisque celui-ci fut l'objet d'un intense pillage tout au long du XIXe siècle avant son classement sur la liste des monuments historiques en 1909. Aussi, une réserve lapidaire s'est constituée à l'ouest du bâtiment actuelle dans l'ancienne basse-cour.  Elle n'est pas encore complètement enfrichée mais cela ne saurait tarder. Le lieu révèla au moins trois éléments qui méritent mention.


. Un fragment de pied de cuve de sarcophage en calcaire de Cordes.


Le fragment tel qu'il se présente.




 Calcaire lacustre tertiaire typique du Cordais



. En grès et pierre de taille, une marche complète d'escalier à vis portant système pour le scellement. Elle n'a pas le "noyau" caractéristique cependant.



Nous l'avons laborieusement déposée et enfermée dans le bas de la haute tour nord derrière une grille afin que les visiteurs puissent l'admirer.


La marche portant la croix pattée

La marche porte, sculptée en creux sur la face inférieure, une croix pattée inscrite dans un cercle, un peu à l'image de celle des Hospitaliers. Il semblerait que cette marche fut réemployée comme borne mais cela reste à démontrer. 

. Dernière curiosité : en grès, une volumineuse portion d'entablement avec architrave, frise et corniche. Elle est piqueté sur les bords comme abîmée volontairement. C'est le produit d'un bâtiment monumental. Nous n'avons pas pu déplacer la pièce en question. Appartient-elle au château ? Ce n'est pas impossible.
Qu'en est-il de sa présence ici ? Et un mystère de plus à éclaircir.


Notes

(1) Un beau biface entre autres.
(2) En l'occurrence, Franck, Yann et Régine se sont distingués.